// Archives

PSYCHOTRONIC

Cette catégorie contient 31 billets

PIRANHA 3D, de Alexandre AJA.

M'sieur Hooper, pas rancunier, veut enterrer la hache en payant son coup à des piranhas vieux de la Préhistoire. Las ! Les bestioles prennent goût à la gnôle, et en veulent toujours plus. Non loin de là, de jeunes américaines fines comme leurs strings se saoulent de booze et de mauvaise musique. La rencontre est prévisible, et la poiscaille a les crocs. (...) (Lire la suite…)

DOOMSDAY, de Neil MARSHALL.

Dur de rebondir après The Descent (les nanas dans la grotte, qui se battent contre des bouffeurs de tampax…). Neil Marshall a fait le meilleur choix possible, le seul, pour sauver sa peau : il est parti complètement ailleurs. Mad Max 2 + 28 Jours Plus Tard + New York 1997 = un chef d'oeuvre. Et n'allez pas croire que l'entreprise soit facile, (...) (Lire la suite…)

THE HILLS HAVE EYES 2, de Martin WEISZ.

Un coin paumé du Nouveau-Mexique (USA). Une brochette d'aspirants G.I en goguette, des mutants cannibales peu causants mais efficaces, et un comité d'accueil touristique saignant dans le genre cuisson rapide. Pas une suite du (très bon) remake d'Alexandre Aja, pas un remake du film homonyme des années 80, The Hills…2 n'est pas grand (...) (Lire la suite…)

VALHALLA RISING, de Nicolas WINDING REFN.

Le genre de films à l'issue desquels on se demande si l'on a visionné un chef-d'oeuvre, ou une sombre daube. Pourtant, tout commence bien. Le nord de l'Angleterre à l'époque des Croisades. L'austérité de la lande froide, le coupant des rochers, un guerrier solitaire et enchaîné, mutique, et une mise en images qui nous fait regretter ce (...) (Lire la suite…)

SOLOMON KANE, de Michael J. BASSET.

Robert E. Howard n'a pas inventé que Conan. Red Sonja arrive bientôt sur les écrans (en 2011, normalement, et c'est Rose McGowan qui devrait enfiler le bikini de la guerrière hyrkanienne), et en attendant les prochaines aventures du barbare en chef (Conan, de Marcus Niespel, avec Bob Marley dans le rôle titre), on peut se fader si l'humeur nous (...) (Lire la suite…)

HALLOWEEN, de John CARPENTER.

Soleil de cristal Soudain se déchire Douleurs écarlates et soupirs Atlantique avait peur des vampires Soleil de cristal Doucement s'est couché Sur un ciel de sang et d'or Un éclair a transpercé son corps Bouche à bouche Croque une chair Corps à corps En courant d'air Pas vu pas pris Cache cache party (...) (Lire la suite…)

MAY, de Lucky McKee.

2010 commence bien, les amis. May est l’un des meilleurs films du monde. Terrifiant et inoubliable, unique, il est de ceux (comme Vorace) qu’une dvdthèque digne de ce putain de nom se doit d’afficher. Pourvu que l’année continue sur la même voie. On fera tout pour, au NCM. Si vous n’avez pas d’ami, fabriquez-vous en un. C’est beau, c’est simple, on dirait du Tim (...) (Lire la suite…)

ELECTRA GLIDE IN BLUE, de James Williams GUERCIO.

Quel titre magnifique, tout en mystère... Sans rien savoir du film, c'est tout ce qui m'a décidé à le visionner. Sur un Archos, écouteurs dans les oreilles, écran 10x4 cm. Qu'importe le flacon. Mad Max est un truc unique. Comme les films de Russ Meyer. Electra Glide..., sorti en 1973, rejeté à Cannes, acclamé par Rob Zombie, est un truc tout (...) (Lire la suite…)

SUPERMAN RETURNS, de Bryan SINGER.

J'ai jamais bien aimé Superman, moi. Je dois être plus Marvel que DC Comics (et j'en profite pour saluer la communauté geek de France !) Mais Bryan Singer réalise ce film. Et mon cœur de midinette a vraiment envie de savoir si l'homme d'acier et Lois Lane vont enfin officialiser... Allez hop, c'est parti pour deux heures en collant bleu (...) (Lire la suite…)

UNDERWORLD, d’un type bien.

Londres, by night. Un type sans histoire, mais qui a horreur des bêtes, tombe au milieu d'un dance contest opposant de jeunes yuppies aux dents longues à de vieux cabots crades et pouilleux. Laquelle des deux bandes pisse le plus loin ? C'est tout l'enjeu du film, une honnête série B pas trop cheap qui fait le bon choix de se prendre au (...) (Lire la suite…)