// Archives

ACTUALITÉS

Cette catégorie contient 17 billets

IRON MAN 2, de Jon FAVREAU.

Tony Stark, l’homme d’acier, sauve le monde, frime à tout va, emballe comme tu respires, taquine la boutanche (comme dans la BD), et s’étonne que son palpitant vacille. Trop de palladium, parait-il… Il faut quand même essayer de tenir deux heures, le temps de foutre le vilain Ivan Ranko au tapis sans cesser de roucouler à l’endroit de Pepper Pot, la secrétaire (...) (Lire la suite…)

THE EXPENDABLES, de Silvestre Stallone.

Silvestre Stallone et d'autres types vont se faire tatouer chez Florent Pagny (en fait, Mickey Rourke, vraiment atteint pour accepter un tel rôle), avant d'aller tout casser en Corse du Sud, pour une raison qui échappe à tout le monde, scénariste compris. À la fin, les gros durs se retrouvent à nouveau chez Florent et boivent des bières en lançant des (...) (Lire la suite…)

INCEPTION, de Christopher NOLAN.

Inception de Christopher Nolan, c’est un film fabuleux que tu aurais aimé avoir écrit toi-même, tellement il est complexe et astucieux et prenant et (plutôt) limpide et néanmoins si riche que tu passes des heures à retourner le voir au cinéma ou à te le repasser dans la tête pour en comprendre toutes les interprétations possibles. (Attention, ceci est un billet (...) (Lire la suite…)

PREDATORS, de Nimrod ANTAL (qui ?)

On aurait dû sentir venir le truc... Premièrement, on a mangé au Quick et pas au McDo. Segundo, on a mangé avant le film, et pas après comme d’habitude. Troisièmo, on n’a pas pu jouer aux zombies, la borne était prise. Résultat des courses, 9 euros pour le joli minois d’Alice Braga, même pas nue. Ardoise salée. Quelques types (dont l'un suce du bois) et une (...) (Lire la suite…)

GREEN ZONE, de Paul... Greengrass.

Pendant que Jason Bourne cherche toujours ses clés de bagnole (le 4 sort bientôt), Matt Damon à Bagdad cherche des armes de destruction massive. En pure perte, et ça finit par l'énerver. Paul Greengrass, le plus qu'efficace réalisateur, est du genre énervé lui aussi, et ce qui est massivement détruit, dès la première séquence du film, c'est la rétine (...) (Lire la suite…)

LE CHOC DES TITANS, de Louis Leterrier.

Sans que l'on sache trop pourquoi, les hommes en ont soudain marre des Dieux. La prospère Argos, du haut de son arrogance, en vient à insulter Zeus lui-même, en déboulonnant sa statue. La réponse à cette félonnie ne mettra pas longtemps à descendre de l'Olympe. Hadès, le Dieu des Enfers, va lâcher le Kraken sur Argos et raser la ville, dans dix jours, à (...) (Lire la suite…)

THE HURT LOCKER, de Kathryn "Avatar" Bigelow.

Difficile de comprendre l'Oscar décerné à The Hurt Locker. Exempt de réel commentaire sur la guerre, s'abstenant de critiquer l'engagement américain en Irak, le film se déroule comme une version militarisée de Point Break, le succès 80's à base de surfers, Jeremy Renner remplaçant Patrick Swayze : un type shooté à l'adrénaline ne prend son (...) (Lire la suite…)

SHUTTER ISLAND, de Martin SCORCESE.

Par où t’es rentré, on t’a pas vu sortir ? Edward Daniels (Léo) est un Marshall des USA. Un bon flic. Il arrive à Shutter Island, un pénitencier spécialisé dans les psychotiques pour enquêter sur la disparition d’une patiente. Déjà, on se dit : ils peuvent pas se démerder tous seuls, ces cons ? Parce qu'appeler DiCaprio sur l’île spécialement pour ça, c’est (...) (Lire la suite…)

A SERIOUS MAN, de Joel et Ethan Cohen.

A serious man. Ah ouais ? Ben ouais… Le nouveau Coen est arrivé. Un rendez vous annuel, maintenant, comme le Woody Allen ou le Clint Eastwood. Allons donc voir ça. Bon, c’est l’histoire d’un gars, tu lui donnerais bien 10 francs et une tape sur l’épaule, au début du film. Un bon petit gars qui subit les turpitudes de la vie. Son boulot ? Bôf. Sa femme ? (...) (Lire la suite…)

SHERLOCK HOLMES, de Guy Ritchie.

Les nouvelles technologies sont un enjeu majeur pour le Nouveau Cinéma Mondial. Ainsi, c'est via Msn que Geordail et Evelyn Dead affinent leur vision du dernier film de l'ex-époux de Madonna (ce genre de boulettes vous suit longtemps sur un cv...) Est-il vraiment nécessaire d'affronter le froid et de se délester de quelques dix euros pour voir (...) (Lire la suite…)